Nos services en département
 
Liens
Accéder au site du Compte Personnel d'Activité
 
Saisir l'administration par voie électronique

Lien l'europe en paca Demander une aide du Fonds Social Européen

 
 
 
Réagir en cas d'attaque terroriste
Accueil > Entreprises, emploi, économie > Accéder à l’emploi > Les emplois d’avenir > Emplois d’Avenir en Provence-Alpes-Côte d’Azur : le bilan 2014

Emplois d’Avenir en Provence-Alpes-Côte d’Azur : le bilan 2014

| Publié le 10 juin 2015 | Dernière mise à jour le 11 février 2016
Réduire la taille de caractères Grossir la taille des caractères
Imprimer cette page
Envoyer a un ami
facebook twitter

Hausse des embauches liée à l’expansion du secteur marchand

Le dispositif Emplois d’Avenir s’est largement développé depuis sa création en novembre 2012. À fin 2014, le nombre de bénéficiaires est à son plus haut niveau : 9 100 jeunes en Paca. Au cours de l’année 2014, la région Paca recense 7 100 entrées et reconductions en emploi d’avenir, soit +4 % par rapport à 2013.
Au niveau France métropolitaine, 80 600 embauches ont lieu en 2014, soit une progression de 13 % en un an. Alors que les emplois d’avenir étaient au départ quasi-exclusivement destinés au secteur non marchand, les entrées dans le secteur marchand ont fortement progressé, tant à l’échelle régionale que nationale, si bien qu’en 2014, une entrée sur quatre se fait dans ce secteur.
Les emplois d’avenir visent à favoriser l’insertion professionnelle des jeunes de moins de 26 ans qui sont peu ou pas qualifiés ou qui résident dans une zone prioritaire. Ainsi en Paca, en 2014, huit nouveaux signataires sur dix n’ont aucun diplôme ou seulement un CAP ou un BEP. Un quart habite dans une Zone urbaine sensible (ZUS) et 5 % dans une Zone de revitalisation rurale (ZRR).
Par ailleurs, neuf jeunes sur dix étaient sans emploi avant d’entrer en emploi d’avenir, dont un quart depuis un an et plus.
Les jeunes en Emploi d’Avenir occupent surtout des métiers liés aux services à la personne et à l’hôtellerie-restauration. Ils sont majoritairement embauchés à temps complet, en contrat à durée indéterminée dans le secteur marchand, et en contrat à durée déterminée dans le secteur non marchand sur des temps plus longs que les contrats aidés classiques. Le volet formation étant
considéré comme un élément clé du dispositif, tous les contrats prévoient au moins une action de formation et un tiers envisage une formation qualifiante.

Consulter l’étude réalisée par la DIRECCTE Provence-Alpes-Côte d’Azur

-- --

Webmestre | Légifrance | Mentions légales | Services Publics