Direccte Provence - Alpes - Côte d'Azur
Accueil > Etudes et statistiques > Les publications du service > Les études réalisées en partenariat

Les études réalisées en partenariat

L’innovation tirée par les petites entreprises et les services technologiques

En Provence-Alpes-Côte d’Azur, plus d’une PME sur deux (56,4 %) interrogées dans l’enquête communautaire sur l’innovation, ont développé une innovation entre 2010 et 2012. C’est plus que la moyenne de province, à la différence de ce qui avait été observé en 2006-2008 et contrairement à ce que laisseraient présager leur positionnement sectoriel et leur (...)

Le bilan économique 2013 en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Affaiblie par la crise des dettes souveraines en zone euro, la croissance de l’économie française a fortement ralenti en 2012. En 2013, le climat économique a montré des signes d’amélioration, mais la progression de l’activité est restée modeste (+ 0,3 %). Dans ce contexte, l’emploi salarié a continué de reculer.

De 2007 à 2010, l’économie régionale a mieux résisté à la crise

Face à la crise, l’économie de Provence-Alpes-Côte d’Azur a mieux résisté que les autres régions de province : le PIB régional s’est moins contracté entre 2007 et 2010. Cela résulte d’un positionnement sectoriel moins industriel, ainsi que d’un dynamisme propre à la région. Le secteur tertiaire, notamment le non-marchand, contribue essentiellement à la meilleure résistance de Paca.

La richesse par habitant a moins diminué et le marché du travail s’est moins dégradé. Les territoires de Paca ont été différemment impactés. Le taux de chômage a notamment moins progressé dans les zones d’emploi à forte présence de fonctions métropolitaines.

Métropole Aix- Marseille Provence. Les services présentiels qualifiés, moteur du développement économique

Entre 2004 et 2011, le développement de l’emploi salarié privé de la métropole Aix-Marseille Provence (AMP) a été comparable à celui des autres grands espaces urbains français. La vitalité du territoire a été portée par les services à la population mobilisant une main d’œuvre qualifiée. L’importance de ces services présentiels qualifiés, notamment du secteur de la santé, constitue une spécificité de la métropole AMP. Le déficit d’emplois stratégiques est le reflet de cette orientation économique, qui laisse peu de place aux fonctions métropolitaines.
Stimulé par les nombreuses créations de petits établissements, le renouvellement du tissu productif a été le principal moteur de la forte croissance de l’emploi d’AMP entre 2004 et 2008.
Depuis, malgré la résistance des établissements déjà implantés avant crise, l’emploi a nettement ralenti. Les services présentiels qualifiés et les services financiers ont toutefois continué à se développer.

Exercice de prospective régionale. D’ici 2030, une croissance de l’emploi toujours portée par les services

À l’horizon 2030, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur compterait 5,4 millions d’habitants dont 2,4 millions d’actifs, soit près de 450 000 habitants et 200 000 actifs supplémentaires. Cette évolution s’accompagnerait d’une modification sensible de la structure par âge des actifs. La part des 60 ans ou plus ferait ainsi plus que doubler, pour atteindre 10 % de la population active.
En 2030, la région compterait 2,1 millions d’emplois potentiels occupés, soit 187 000 emplois de plus qu’en 2010. Si le tissu productif régional suivait les grandes tendances décrites par le Centre d’analyse stratégique, l’emploi régional à l’horizon 2030 serait porté par les activités dites présentielles, c’est-à-dire répondant aux besoins de la population présente, et le dynamisme des services aux entreprises. À l’inverse, il se replierait fortement dans les industries qui ne parviendraient pas à se renouveler.

--

Webmestre |